Au Bangladesh, quand il s’agit de population, les chiffres sont toujours démésurés. Après le passage du Cyclone Roanu cette semaine, 500 000 personnes ont du être déplacés : l’équivalent de la population de la ville de Lyon ou de Toulouse.
Le cyclone laissera en plus des dégats matériels, 23 morts.

Nos volontaires au Bangladesh et les équipes du chantier vont tous bien. Thomas « Bambou », parce qu’il travaille sur le bio-composite de Bambou, résume la situation:

innodationtaratari

 

Au pays de l’eau, rien d’étonnant dans cette situation. La population est déjà victime du réchauffement climatique: nous en parlions déjà ici. Ajoutons à cela  une absence de moyens humains et matériels pour les sauvetages, et l’on peut au final considérer que nous avons été chanceux de pas avoir une catastrophe humanitaire.

SOUTENEZ les actions de Watever et la première société civile de secours en mer au Bangladesh: